Lors d'une rencontre avec les consacrés de son diocèse, le Pape François a répondu aux questions que quatre d'entre eux lui avaient posées. La première émanait d'une moniale, et le début de la réponse est : "Vous parlez d’un « équilibre délicat » entre la vie cachée et la visibilité. Je dirai même plus : une « tension » entre vie cachée et vie monastique. La vocation monastique est cette tension, une tension dans le sens vital du terme, une tension de fidélité. L’équilibre peut se comprendre comme « mesurons, un peu par ici, un peu par là… ». En revanche, la tension est l’appel de Dieu vers la vie cachée et l’appel de Dieu à se rendre visible d’une certaine manière. Mais comment doit être cette visibilité et comment doit être cette vie cachée ?  C’est cette tension que vous vivez dans votre âme. C’est cela, votre vocation : vous êtes des femmes « en tension » : en tension entre cette attitude qui consiste à chercher le Seigneur et à se cacher dans le Seigneur, et cet appel à donner un signe. Les murs du monastère ne sont pas suffisants pour donner ce signe."

Pour lire la suite sur le site de Zenit, cliquer ici.

Rechercher un article

Aller au haut